Oh ben ça alors…

Posté par BernartZé le 18 août 2015

Radiographie doigts

Les pouces de ma mère !

  

            Un jour où j’étais tranquillement assis à me tordre les mains histoire de faire (un peu) passer mon angoisse existentielle, je les ai regardées différemment, les observant en les considérant sous un nouvel angle.

 

     Elles non plus évidemment n’avaient plus vingt ans !

Ma main droite s’était miraculeusement bien remise d’une fracture assez grave survenue trois ans plus tôt lors d’une chute de cheveux, de cheval pardon, en plein concours épique, équestre (pardon bis) que j’étais à deux foulées de remporter ; la faute à Petit-tonnerre, un sacré caractère celui-là avec ses ruades…parfois malvenues.

J’aurais préféré à tous crins me casser aussi une jambe et gagner.

Mais bon, paix à son âme (il est mort en tout début d’année) ; je ne lui en veux pas.

Pour moi s’en suivirent six mois de plâtre et autant de rééducation, soit une longue période de handicap pour un droitier ; heureusement que les ordinateurs et leurs claviers peuvent nous porter secours car il m’a fallu près d’un an et demi pour réapprendre à écrire manuellement.

Pendant ce long moment ma main gauche s’est affirmée, prenant de plus en plus d’initiatives et de libertés en développant son autonomie et ses aptitudes.

Pleine de compassion elle eut la courtoisie d’apprendre -toujours plus- à se débrouiller seule pour pallier la « vacance » de sa jumelle de miroir.

Les gènes de l’ambidextrie maternelle m’aurait-ils secouru alors ?!

 

     Fixant mes mains d’un regard pénétrant j’ai ce jour-là pris la peine de recompter mes doigts et de porter mon attention sur mes pouces Pouce gauchePouce droit.

Et de m’esclaffer soudain en disant « j’ai les pouces de ma mère ! » comme si je venais de faire la découverte du siècle ; nul doute que le restant du monde s’en est trouvé aussitôt bouleversé (!).

Ces deux électrons libres bi phalangiens (ben oui c’est pas courant), non contents de se singulariser par leur entêtement résolu à s’opposer à tous en toutes circonstances, se meuvent dans l’espace avec une agilité surprenante…suscitant bien des jalousies.

A force de gymnastiques s’usent-ils plus vite que les autres doigts ?

A force de se croire plus importants -sous prétexte que sans eux la préhension, etc. (…retournons vite à nos cours de 6ème)- ils ne se ménagent pas au fil des ans afin de tenir leur rang.

Et donc, le soir de ce jour-là, les miens me parurent plus âgés un peu tordus et fatigués et ressemblant de plus en plus à ceux de ma propre mère ; qu’elle me pardonne pour cet hommage involontairement désobligeant.

Mais j’eus l’illusion subite d’un héritage maternel en droite ligne qui ne devait rien au hasard.

Illusion d’optique ou réalité ? ; il faudrait comparer nos quatre pouces en face-à-face !

 

     Ils vieilliront davantage et dans quelques années ressembleront peut-être comme deux gouttes d’eau à leur moule d’origine.

Gesticulant sans cesse, tricotant dans le vide, ils seront certainement plus courbes, mais ils demeureront droits.

 

            Dieu que les pouces sont bavards !

 

 

Merci môman !…merci môman !

(© 2015/droits réservés)

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland