Qui n’est plus

Posté par BernartZé le 29 septembre 2015

Chat angora beige

Son chat…

  

            Cet angora beige était né de bonne humeur un jour de printemps.

 

     Une tendre frimousse et des yeux grands ouverts sur le monde qui l’entourait, un caractère affable des manières policées et un poil soyeux invitant à la caresse, tout le rendait aimable et tout le monde l’aimait ; ne parlons même pas de ses oreilles rosées taillées en pointes !

Il aimait la musique : Scriabine, notamment sa cinquième sonate -ses temps suspendus comme ses coups d’accélérateur-, tout Schubert, la 5ème de Mahler (l’adagietto…comme presque tout le monde ; quel délicieux malheur se disait-il non sans malice !) et l’adagio de la 10ème (pour faire original en choisissant une œuvre inachevée…) sur laquelle il prenait tout le temps d’étirer poils et muscles ; un peu de pop anglaise (Everything but the Girl) également.

Il vécut ainsi heureux jusqu’à cette nuit fatale du 3 septembre, un vendredi sombre.

 

     D’humeur festive mademoiselle et ses copines avaient décidé d’organiser Pyjama party du siècle qui n’était plus de leur âge mais qui les excitait comme des folles depuis plus de trois semaines ; l’occasion de célébrer les trente ans de la doyenne de la bande ; un prétexte comme un autre.

Toutes gaites elles firent la fête, chantèrent et dansèrent en se balançant des coussins en pleine poire et en se jetant à la figure leurs poupées de petites filles histoire d’enterrer à tout jamais leur prime jeunesse.

Une forme de deuil peut-être, de renoncement ou de nouvel espoir.

Elles mangèrent peu (les diktats de la mode !) et burent beaucoup : des mélanges hasardeux à base de vodka, et du champagne bien sûr dans des coupes judicieusement choisies Coupe à champagne Verone noir (2) ; quelques feuilles de laitue Feuilles de laitue (un vrai cliché !) pour faire glisser l’ensemble.

Et puis hop ! Et puis tiens le chat comme il est rigolo à force de se tapir dans le coin du canapé ; convions-le à la fête.

Il avait mieux à faire mais il n’eut pas le choix.

Surpris en pleine sieste (en mode veille) il n’eut pas le temps de comprendre ce qu’elles lui voulaient ; seulement celui d’écarquiller les yeux pour la dernière fois.

 

     Quand vint l’heure des tequilas frappées à même la moquette, les citrons verts Citron vert livrèrent leurs écorces et ce qui ne devait pas arriver arriva Chat coiffé.

Elles rirent aux éclats, fières de leur happening ; il trouva ça moins drôle que prévu.

En un éclair il changea de couleur, son poil vira au grège sa mine se renfrogna et ses yeux s’assombrirent ; il prit un air de condamné à mort qu’elles ne décelèrent pas dans leurs élans d’allégresse.

Un lendemain plus tard elles n’avaient pas changé, il était plus que jamais incrusté dans son coin de canapé.

 

     Les jours suivants, alors que ses copines étaient rentrées dégriser chez elles, mademoiselle s’étonna de voir son chat en berne.

D’humeur apparemment maussade il refusait presque de quitter son abri, allant jusqu’à se délester de ses poils par touffes entières.

C’était certes l’automne, mais tout de même.

Elle ne s’inquiéta pas réellement ; elle eut tort.

Son manque de vigilance et d’empathie s’avéra finalement déterminant.

Arborant une face de plus en plus défaite il refusa progressivement de manger, préférant tourner le dos à sa gamelle Ecuelle pour chat devenue vulgaire.

Coup de mou ou de grisou ?

Son absence d’attention et de compréhension l’empêcha de reconnaître l’état de dépression dans lequel il était tombé.

Et de fil en aiguille, de Charybde en Scylla il chuta tout au fond.

Six jours plus tard il était méconnaissable ; sa vie l’abandonna.

 

            Elle fut triste tandis que lui était enfin soulagé de sa peine.

 

     Les chats sont susceptibles, c’est ainsi ; encore faut-il le savoir.

  

 

Alexander Scriabin  Missing - Everything But The Girl (1994) 

(© 2015/droits réservés)

8 Réponses à “Qui n’est plus”

  1. Christine dit :

    Tant de personnes ne méritent pas le chat qui leur tient compagnie !
    (j’ai connu quelques chats mélomanes au goût très prononcé)

  2. Christine dit :

    Je veux bien l’adresse du costumier..

  3. Christine dit :

    Vous êtes quelqu’un de précieux, plein de ressource … [peut-être la raison de mon entêtement à vous lire ?]
    J’apprécie particulièrement que l’on cite ses sources, rien ne m’exaspère plus que retrouver des copies de textes ou d’images sans indication laissant planer le doute quant à leur origine.
    Je me pose souvent la question de l’ »intention du partage ». A quoi bon reproduire à l’infini une photo ou une citation que tout le monde peut trouver en ligne?
    Chaque partage doit être désir de faire connaître L’AUTRE et pas SOI.

    • BernartZé dit :

      Quelqu’un de précieux, je ne pense pas ; mais de la vieille école c’est certain.
      D’une époque semble-t-il révolue où les élèves ne « composaient » pas leurs devoirs faits maison à partir de copier/coller mais en plongeant leur nez (et leur tête) dans des livres des encyclopédies (ah ! « Tout l’Univers » et « L’Encyclopædia Universalis » pour les plus vernis) et des dictionnaires.
      Et même http://www.le-temps-des-instituteurs.fr/images/livre-bescherelle-hatier-1966.jpg !
      Quand on désirait apprendre afin de pallier sa « science diffuse »…

      B.

  4. sabatier dit :

    Texte émouvant qui m’a mis les larmes aux yeux. j’ai moi même une persane et l’an passé j’ai été malade
    Elle a dépérie aussi . Et un soir la voyant si mal Je l’ai amené chez le veto. Il la gardé la nuit donné des antibios. Mais ce n’était pas une infection mais juste le désespoir de me voir malade. Je l’ai laissé a une personne chère pendant que j’étais à l’hôpital En quelques jours elle allait mieux . je l’ai récupérée bien dans sa peau car elle avait l’amour d’une personne qui la rassurait. Depuis je vais mieux et elle ne me quitte pas quand elle est avec moi . De toutes façons quand je suis absent cette personne citée plus haut s’en occupe avec une amour énorme. et elle n’est pas malheureuse
    Ma Snow White ( c’est son nom ) je t’aime .. je comprends le désespoir de ce pauvre et magnifique chat. Cela me donne envie de l’aimer encore plus si cela est encore possible.
    Merci pour ce texte magnifique et pourtant si triste qui rend hommage à ce petit être si beau
    JP

    • BernartZé dit :

      Votre témoignage m’a touché à son tour.
      Pour apaiser un peu vos émois : cet écrit, inspiré par des observations réelles et une inclination pour la race féline, était fictif.

      Mes vœux de bonne santé à « Snow White » (et à vous bien sûr).

      …B.

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland