Autre temps

Posté par BernartZé le 4 décembre 2015

Cui-cui

Ludique !

(Cui-cui)

 

 

                Tu m’aimes, tu ne m’aimes pas ; je t’aime, tu ne m’aimes plus.

Même plus drôle…

 

     J’avais particulièrement froid cette nuit-là et j’étais seul, incapable de me concentrer et d’écrire quelques lignes.

Notre petit jeu durait depuis des Lustre composé de 18 abat-jour (deux pour être précis) et devenait malsain.

A force de plier pour ne pas rompre et de faire semblant de nous accorder toujours en nous reconnaissant des mérites que nous avions perdus avec le temps, nous nous sommes égarés.

Peu avant minuit, dans la nuit du 5 au 6 janvier d’une nouvelle année que nous avions souhaitée belle sans réellement y croire, j’ai compris que tu ne rentrerais plus.

La montre à gousset que tu m’avais offerte était encore dans sa jolie boîte (ouverte) et, la contemplant moins que les premiers jours, j’ai cru deviner le message que tu voulais me faire passer concernant la fin de notre couple ; efficace à défaut d’être subtil ou original.

Il était l’heure il était temps de nous défaire sans nous heurter davantage si possible.

 

     Aussi incroyable que cela puisse paraître (même pour moi qui l’ai vécu) nous ne nous sommes jamais revus.

De mails en sms, de messages téléphoniques en boites vocales saturées (par d’autres), nos adieux officiels ne se firent jamais.

Après avoir déserté l’appartement tu avais commandé à distance le déménagement de tes affaires que j’avais accepté de trier ; comment savoir quel livre quel disque ou quel bibelot ramené de nos voyages appartenait à l’un ou l’autre ?

Fatigué, j’ai laissé faire le hasard et Déménageurs ; nos meubles suédois me sont restés en souvenir.

Trois semaines plus tard je me suis épuisé en travaux de peinture pour ravaler les murs du salon, les repeignant en Bleu gris pétrole et Gris ciment fort souriants (!)

Et puis j’ai vite décampé.

 

     Cette nouvelle fuite, une autre maladresse, me permit de changer de quartier et de ressemeleur ; pas de t’oublier.

J’ai continué à marcher à côté de mes wd-BAT 1467 mode news essentiels_60 wd-BAT 1467 mode news essentiels_60 les pieds en-dedans.

Et puis j’ai survécu.

 

            J’ai appris par hasard que tu étais devenue mère quelque part au sud d’un autre ouest.

La nouvelle m’a fait sourire ; je ne saurais dire pourquoi.

Le temps qui nous fut compté n’a pas fait que des rides.

 

  

Eurythmics - Sweet  dreams (1983)  (Sweet dreams ; qui avons-nous été en rêves ?)

(© 2015/droits réservés)

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland