De vrais mensonges et quelques vérités

Posté par BernartZé le 10 janvier 2016

Horloge fondante surréaliste

Surréalisme

  

            Hier j’avais dix-sept ans ; je n’étais pas Arthur Rimbaud à 17 ans (photographié par Carjat, en 1871) et j’étais sérieux.

 

     J’étais fondamentalement révolté L'insurgé poétique contre moi-même et je commençais déjà à considérer la vie comme une épreuve ; j’ignorais encore combien elle s’avèrerait difficile.

Mes camarades semblaient pour la plupart insouciants ; cet adjectif ne m’étant pas familier j’en ai découvert le sens en les observant.

Tandis que je plaisantais, ironisant pour faire bonne figure, ils étaient naturellement simples et pleins de joie de vivre.

J’étais heureux de les voir si gais alors que dans mes heures les plus sombres -en cachette- j’étais désespéré en sentant ma propre vie m’échapper et une multitude d’angoisses m’assaillir.

Par chance ces bons camarades lycéens puis étudiants me prêtaient un sens de l’humour qui paraissait les distraire et parfois les ravir ; cela m’autorisait à penser que je réussissais à faire illusion sans craindre de les importuner par ma seule présence un brin discordante.

 

     Quand je n’ai plus eu dix-sept ans, mes amis comme mes collègues de travail eurent l’indulgence de louer mon sens de l’autodérision, tout en me trouvant sans doute parfois un peu étrange et bizarre, mais si amusant.

Certains allant même jusqu’à m’inventer des qualités et une intelligence que je n’avais pas je me suis inquiété de savoir pourquoi leurs yeux voyaient un être que je n’étais pas.

Je n’ai jamais compris.

Comme si m’était tendu en miroir un portrait anamorphosé de mon visage Portrait anamorphosé ; drolatique mais ne correspondant à rien que je connaissais.

Au fil du temps le décalage devint large et flagrant (pour moi seul ?) et un beau jour…

 

     Je n’étais pas loin d’avoir deux fois dix-sept ans et mon dysfonctionnement structurel est devenu parfaitement invivable ; définitivement.

Adieu veau, vache, cochon, couvée et poulet et espoir de vie « normale » ; je ne serai jamais Perrette Perrette et son pot faute de pot ou de bol ; tant mieux telle n’était pas mon ambition.

La Somme (mathématique) de mes angoisses avait dépassé la mesure et ma déraison l’entendement.

Sortie de piste…

 

     Avant même d’avoir eu trois fois Dix-sept ans j’ai compris combien d’autres avaient su être jeunes et pas sérieux ; pour moi Point de non-retour avait été franchi sans tarder ; sans fards ni faux semblants mais non sans honte…

Aujourd’hui je suis plié de rires Plié de rires ! (et par quelques douleurs) en pensant à quel point j’ai brillamment réussi à passer à côté de ma vie.

Un moindre mal en regard d’un monde si plein d’afflictions.

 

            Cela dit comme j’ai mal , aïe !

 

 

A.R.  (Peut-être aurais-je dû fumer la pipe)

(© 2015/droits réservés)

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland