• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 février 2016

Et autres adversités…

Posté par BernartZé le 9 février 2016

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-image-green-theater-curtain-image7523586

Malheur à moi !

  

            J’ai embrassé ces hauts rideaux de théâtre étant petit ; je ne m’en suis jamais remis.

Cette étoffe de velours a lourdement pesé sur ma destinée, finissant par m’étrangler littéralement Le nœud du problème.

 

     Nul ne saura jamais dire exactement pourquoi un enfant, par définition impressionnable se retrouve pris au piège.

Celui-là ou un autre peu importe ; le jour où il est trop tard pour se guérir…il est vraiment trop tard ; mort de diou !!

En toute inconscience on se laisse contaminer, heureux et enthousiasmé par une découverte que l’on devine essentielle, sans même comprendre pourquoi.

Il n’existe plus d’avant lorsque l’on se sent enfin naître ; n’être plus rien sans cette drôle de façon de s’exprimer en se mettant en lumière et en scène tout en se cachant davantage peut sembler relever de la psychiatrie.

C’est le cas…de différentes manières.

 

     Est-ce dû à une maladie un virus une mutation génétique ou un mal de vivre inné ?

La médecine qui sait tout et ne sait pas grand-chose des obscures circonvolutions d’un cerveau saurait sans doute répondre à cette question sans fin ; quitte à se tromper dans les grandes largeurs.

La vérité est qu’un soir de décembre où il ne faisait pas spécialement froid un enfant a dû se retenir de toutes ses forces pour ne pas descendre sur scène.

Attiré aimanté appelé, il a -dès le début de la pièce- éprouvé l’impérieux besoin de plonger tête la première.

C’était son rôle sa tragédie comique ; c’était sa vie.

Comme un marin ne pouvant résister à l’appel du large L'appel du large, il avait ressenti la nécessité de s’aventurer au-delà de ses terres.

L’évidence s’explique difficilement.

Le bruit et la fureur s’ensuivirent.

 

     Plus de remparts ni de barrières, encore moins de raison(s) de ne pas tenter de flirter avec cet inconnu qui ne l’était pas.

Un monde familier que l’on découvre exister en soi qui justifie soudain bien des tourments et des décalages avec les autres.

Pas (encore) une malédiction mais la promesse de grands moments d’allégresse ; et des abîmes.

Un duel à mort Duel Valmont Danceny s’est engagé en coulisses.

Des joies et des souffrances : le bonheur de se sentir enfin vivant, la douleur de ne plus l’être lorsque le rideau tombe.

Cesser d’exister quand l’ombre s’étend à nouveau n’aide pas tellement à vivre.

Cesser d’exister souvent n’aide pas à faire aimer la vie.

 

     Du coup, toutes les occasions sont bonnes pour se mettre en valeur, quitte à cabotiner un peu trop.

Ce qui est amusant de la part d’un enfant est nettement plus pathétique venant d’un adulte.

L’enfant qui se découvre un auditoire s’amuse à improviser de petits numéros en tous lieux.

A l’école pour se faire aimer et apprécier de ses camarades comme de ses maîtres et maîtresses, à la maison pour plaire à ses parents ; le besoin de distraire source de consolation.

L’adulte ?

Oh ! Lui est censé avoir depuis longtemps résolu tous ses problèmes d’égo et ses désaccords intimes.

Il est supposé avoir trouvé naturellement son équilibre, apte à vivre sans en faire débat en place publique.

 

            Pourtant des http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-image-green-theater-curtain-image7523586 continuent de tomber, s’abattant sur des têtes hagardes.

Pourtant des adultes meurent enfants faute d’avoir su trouver leur voie.

 

  

Bas les masques !  Bas les masques  !

(© 2016/droits réservés)

Publié dans Que de questions existentielles ! | Pas de Commentaire »

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland