• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 27 février 2016

Clin d’œil et destinées

Posté par BernartZé le 27 février 2016

27 février

Le temps est dérisoire

(vers 5 heures du matin)

  

            Levée tôt, impatiente ce matin-là.

 

     Sans savoir pourquoi elle s’était soudain souvenue d’un autre jour : un 31 janvier vingt ans plus tôt, à l’heure de sa défaite.

Trop de larmes l’empêchaient de dormir, trop de désespoir risquait de la noyer.

Elle avait tenté d’écrire afin d’éclaircir ses idées.

La vue brouillée, elle avait dû renoncer à celle de se sauver aussi facilement.

 

     Comme tous les vendredis celui-là aurait dû être pour elle un jour férié où -en totale liberté- elle aurait pu s’adonner à des loisirs qui l’auraient divertie du quotidien.

Lire rêver rempoter respirer ou repeindre les murs du salon…

Mais sa tête penchait dangereusement Tête inclinée vers de sombres pensées qu’elle ne parvenait plus à retenir.

Sentant le danger elle se résolut à appeler un ami à la rescousse vers sept heures du matin au plus profond de sa nuit.

Elle était en larmes hoquetante et confuse, d’abord presque incapable d’articuler un mot.

Et puis la patience l’écoute et les heures passées au téléphone lui permirent d’entrevoir un rayon de lumière.

Le calme était un peu revenu et elle avait pu croire à un possible lendemain ; à force de parler de tout ce qui la hantait, l’angoisse s’était un peu dissipée.

L’oreille attentive et la voix au bout du fil Grande oreille avaient pu l’apaiser la rassurer et lui faire entrevoir une autre vie plus ensoleillée…sur une autre plage avec un coin de palmier Breathless.

Cet appel désespéré avait duré longtemps, jusqu’à bout de souffle, jusqu’en milieu d’après-midi.

 

     Quand il fut temps de remonter les persiennes le soleil était toujours gris mais il faisait à nouveau jour.

Alors que l’oreille, à l’autre bout du Fil téléphone était endolorie, elle avait recouvré des forces et avait pu se (laisser) convaincre qu’elle saurait survivre à cette terrible épreuve.

Le gréement de son embarcation de fortune ayant trouvé un nouveau vent pour la porter plus loin, elle fit sauter le Bouchon d’un…crémant alsacien Crémant d'Alsace (faute de champagne) pour célébrer sa prochaine renaissance !

Une simple plaisanterie pour sourire à nouveau.

 

     En ce matin de février, deux décennies plus tard, elle s’apprêtait à ne pas fêter son anniversaire.

A quoi bon célébrer le jour lointain de sa naissance en vertu d’une coutume qui l’avait toujours laissée indifférente ?

Mieux valait se réjouir d’avoir survécu en dépit de tous les vents qui avaient contrarié la voilure de sa Coquille-de-noix.

 

            5 heures du mat’ j’ai des frissons en repensant à cet épisode lointain…

 

 

Yes !!

  

 

Chacun fait (c'qui lui plaît) - Chagrin d'Amour, 1981  (Of course)

(© 2016/droits réservés)

Publié dans Hommage... | 10 Commentaires »

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland