Des vies parallèles

Posté par BernartZé le 16 octobre 2016

Derrière le miroir

L’art du subterfuge

  

            Les jeux de cache-cache commencent souvent très jeune.

 

     Dès la petite enfance pour se tirer d’un embarras certains enfants ont le réflexe -inné ?- de faire semblant.

Sans même le vouloir ni le savoir commence alors une vie biaisée faite, non pas de mensonges, mais de dissimulations et de fuites.

Bienvenue dans la ronde Ronde des masques !

 

     Dans l’adversité l’instinct de conservation fait des miracles et crée des vocations.

D’abord -même  par nécessité- on s’amuse à devenir autre ; le goût du je arrive très vite surtout lorsque ses effets en sont appréciés et que l’on pense obtenir une certaine reconnaissance des proches.

Ce baume au cœur Cœur ''Fondance'' (!) vient à point pour se sauver d’un naufrage ou échapper à un péril que l’on sentait grandir en soi.

Les enfants se croient souvent mal aimés, dépréciés au détriment d’un autre membre de la fratrie.

Les parents, inconscients de se qui se trame sous leurs yeux, sont ravis du phénomène engendré, fiers si les résultats scolaires peuvent de surcroît flatter leur égo.

Il est certain que cet enfant veut se rendre intéressant ; vraiment certain ?

De là naissent l’incompréhension et la méprise…

 

     A force de jouer des rôles pour se sentir exister on se met à rêver d’oser un jour monter sur scène.

Quitte à se consumer de l’intérieur autant brûler les planches !

Encore enfant la découverte du théâtre et la première expérience sous les feux de la rampe Les feux de la rampe s’avèrent (définitivement) fatales et sans retour ; éblouissement pour le meilleur et le pire avenir.

Quand en grandissant rien ne s’arrange mais que cette détermination s’affirme sous la forme d’une « question de vie ou de mort » autant dire adieu à l’assentiment parental.

Le divorce est implicitement prononcé.

S’ensuivent la déclaration d’indépendance et la prise d’envol.

 

            Vie brouillée sur toute la ligne Brouillage.

A moins d’un talent éclatant et d’un peu de chance l’échec est assuré pour celle ou celui qui aura cru trouver sa voie en se sauvant à grandes enjambées.

De nombreuses vies se sont ainsi égarées en chemin faute de véritable échappatoire.

Emmurées vivantes Dans le mur !

 

 

The dark face  (Clairement obscur)

(© 2016/droits réservés)

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland