Grand froid

Posté par BernartZé le 20 janvier 2017

US-SPACE-CURRENT SOLAR IMAGE

Givré

  

                A force de tirer sur ses manches elles cédèrent.

 

     Sur fond de ciel bleu immaculé le soleil était transi de froid ; grelottant, bleu glacé.

 

De sa Méditerranée natale il se souvenait essentiellement de la chaleur de l’enfance et des pâtisseries orientales Ballotin de pâtisseries orientales pleines d’amande et de pistache, de sucre et de miel.

Il y avait aussi les bricks sucrées gorgées de soleil Bricks sucrées et de saveurs gouleyantes en bouche comme un vin…peu léger.

Et même si ses goûters trop lourds lui restaient parfois sur l’estomac, il y repensait aujourd’hui avec tendresse.

Sans nostalgie cependant, mais c’était l’occasion de revivre les heures d’une certaine insouciance et d’un bonheur qu’il n’avait su retrouver.

 

     Dans la froidure hivernale d’un autre pays moins lumineux il en était réduit à se recroqueviller sous des couches de vêtements supposées le réconforter un peu.

Pas assez pour lui éviter des rhumes et des bronchites en cascades qui l’épuisaient davantage que sa lutte permanente contre la glace à l’intérieur.

Il était à présent aussi froid que des filets de pangas mal décongelés  Filets de pangas!

 

     De sa vie il ne se souvenait pas d’avoir un jour perdu le fil.

Même s’il se rendait parfois compte qu’il oubliait des détails du quotidien, surtout lorsque quelqu’un le lui faisait remarquer, il ne pouvait dire quand cette dissipation avait débuté.

Ce n’était plus qu’une sensation confuse pour lui et de plus en plus dérangeante pour son entourage.

Plus il s’absentait, plus il semblait encombrer et impatienter les autres.

Lui, s’endormant, se réfugiait instinctivement dans les repères rassurants d’une lointaine jeunesse qu’il lui plaisait de revoir dans ses nuits.

Là il se retrouvait en pleine possession de ses forces et d’un avenir tracé dont il recueillerait les promesses.

Là il revoyait ses souvenirs comme autant d’images précises ; un mur émouvant et animé de photos bien réelles qui le rassérénaient.

Il s’endormait aussi à table en fin de repas.

 

     Il réécoutait beaucoup Schubert, tout Schubert mais surtout l’adagio de son quintette à cordes Schubert - Quintette à cordes D956 qui le plongeait dans des abîmes de perplexité où le temps était suspendu et dans lesquels il aimait pourtant se perdre.

A près de quatre-vingt-dix ans il se savait sur la pente descendante, déclinant davantage de jour en jour.

Il n’en avait plus rien à faire tant la vie lui était devenue étrangère et de peu d’intérêt.

Sa fatigue sans limite suffisait à lui faire entrevoir la fin d’un long parcours histoire de se retirer avec grâce.

 

            Le soleil était bleu et il avait trop froid ; à force de tirer sur ses manches…

 

 

Ultime révérence

(© 2017/droits réservés)

Laisser un commentaire

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland