• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 avril 2017

Suite possible

Posté par BernartZé le 8 avril 2017

St Malo Cancale Fougères

 Futur simple

(35virgule300)

  

            Épilogue.

 

     Quelques années plus tard, cinq ou six tout au plus, elle décida de changer de château.

L’élevage des huîtres n’était pas en cause mais les trajets à vélo quotidiens d’une quinzaine de kilomètres 52 min (et retour 52 min (retour !) !) avaient fini par l’user.

Elle n’avait plus vingt ans, ni même quarante et les petits matins d’hiver s’étaient avérés de plus en plus éprouvants pour son organisme ; et puis toujours le vent du large qui ne cessait de l’enrhumer.

Elle avait un jour senti qu’il était temps pour elle de rentrer se mettre à l’abri dans les terres.

 

     A la faveur de deux journées entières d’oisiveté elle s’était aventurée au sud-est de la cité corsaire dans l’espoir d’une belle échappée à Fougères ; un train puis un car pour une centaine de kilomètres à un prix modique histoire (peut-être) de découvrir le lieu de naissance de Juliette Drouet, grande amoureuse et actrice sacrifiée sur l’autel de sa passion pour un grand homme exclusif jaloux et adultère « récidiviste ».

Certes le fameux château lui avait plu mais elle avait été encore plus sensible aux charmes de la vieille ville médiévale ; ah ! la mémoire des pierres Fougères, vieille ville et leurs secrets bien gardés.

[comme si l’on pouvait se réfugier dans le passé !]

 

     Interlude En une nuit d’hôtel et un tour de crêperies elle s’était décidée à reprendre le rôle de l’émigrée : quitter le bord de mer et le monde des mollusques visqueux qui glissent entre les doigts pour reprendre contact avec la terre ferme.

Son déménagement, moins de cent kilomètres plus loin, fut simple.

Elle quitta un meublé pour un autre en attendant de pouvoir mieux s’établir.

Quelques affaires, beaucoup de souvenirs de livres et de disques, peu de photos.

 

     Par chance elle retrouva vite du travail dans un domaine dans lequel elle s’était autrefois beaucoup investie : l’horticulture.

L’occasion de mettre à profit son diplôme passé à plus de trente ans lors d’une première (tentative de) reconversion.

Elle adorait rempoter Plante en pot et malaxer la terre comme d’autres passent des heures en cuisine à préparer un gâteau.

Elle se sentait enfin (à plus de cinquante ans…il n’est jamais trop tard) apte à reverdir le monde et à fleurir le ciel.

 

            Pour mieux (re)composer le passé ?…

  

 

Fougères

(© 2017/droits réservés)

Publié dans Un peu de lecture inédite | Pas de Commentaire »

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland