• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 mai 2017

Imparfait délice

Posté par BernartZé le 9 mai 2017

La mer offerte

La mer immense

  

            Et je suis tout petit.

 

     Longtemps j’ai cherché à comprendre pourquoi je ressentais un tel plaisir dans mon bain de bébé ; je m’en souviens très bien !

Je faisais plus que gazouiller, je jouissais sans le savoir d’un bonheur suprême : le bien-être.

Je gesticulais en tous sens, j’éclaboussais les murs et le sol en riant toujours aux éclats ; j’étais heureux.

 

     La confirmation que mon nirvana était atteint dans l’eau vint rapidement.

Mes parents, spectateurs de cette joie évidente (et bruyante), eurent la très bonne idée de m’emmener barboter à la plage puis dans une piscine.

Mon ravissement leur sembla évident quand ils me virent hilare Jusqu'aux oreilles.

Du coup je fus vite mis à l’apprentissage de la nage A I T Grenouille avant de passer à l’entraînement en vue d’obtenir mon premier brevet de natation sur 25m.

Ce fut chose faite le jour-même de mes six ans, mes parents ayant tenu à me faire ce cadeau.

 

     Par la suite je n’ai pas eu l’idée d’entamer une carrière de champion, ni même de poursuivre ma collecte de brevets correspondant à un âge plus adulte.

J’ai trouvé mieux à faire après avoir admis que l’eau (avec ou sans sel) était mon second élément, souvent un lieu pour mieux respirer L'eau (2).

Cela peut paraître paradoxal puisque les humains sont dotés de poumons et non de branchies, mais il est reconnu depuis longtemps qu’un lavage à l’eau de mer des voies nasales fait le plus grand bien…à condition de ne pas l’avaler.

Au sortir de la mer tout ce qui obstruait les narines semble avoir été dissous.

Et l’on croit renaître…un temps, l’effet ne durant pas faute de pouvoir renouveler le traitement à longueur d’année.

Reste tout de même les moments de joie chez soi en immersion sous la Douche (2) où les heures s’écoulent sans compter au détriment des ressources de la planète.

Jusqu’à entendre une voix intérieure susurrer « Prends le plaisir où tu le trouves ».

Le corps exulte alors !

 

            Aujourd’hui face à la mer j’ai le choix.

Celui de me prélasser dans ma piscine parfaitement carrelée Piscine carrelée ou de descendre directement plonger dans l’océan Descente de mer.

 

C’est un bonheur à chaque fois renouvelé, une renaissance au bout des bras.

Je redeviens petit.

 

     Seul, je m’ennuie un peu parfois…

 

   

Bleu de mer

(© 2017/droits réservés)

Publié dans Un songe... | Pas de Commentaire »

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland