• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 17 juin 2017

(Maman) J’ai peur

Posté par BernartZé le 17 juin 2017

T'en va pas - Elsa (1986)

T’en va pas

 

             Papa ne t’en va pas !

 

     Jusqu’où pars-tu parfois lorsque tu n’es plus là ?

Depuis la dernière fête des pères quelque chose chez toi a changé.

Outre que tu as cessé de fumer, tu es devenu de plus en plus morose, atone parfois.

Absent.

J’ai aperçu maman pleurer en cachette.

Toi que j’ai toujours vu occupé, lisant dans ton fauteuil où travaillant à ton bureau, je t’ai surpris un soir sans réaction à mon entrée.

J’étais venue te solliciter pour un problème de Maths dont je ne parvenais pas à me dépêtrer et tu n’as pas bougé, comme si tu ne me voyais pas ; aussi morne et éteint que toutes les cigarettes dormant désormais dans ton paquet rangé dans le premier tiroir Cigarettes Kent.

Cet épisode marquant est resté gravé en moi alors qu’une heure plus tard tu n’en avais pas souvenir.

A table tu étais en pleine forme et ton appétit faisait plaisir à voir.

 

     Mais tes absences se sont rapidement répétées à un rythme inquiétant pour tous.

Tes voyages au bout de la nuit m’effrayent tant ils peuvent survenir à tout moment.

Assis tes yeux se ferment tu ne bouges plus et j’ai peur quand je vois la bave te monter aux lèvres.

On m’a expliqué que tu perdais progressivement tes repères et des pièces du puzzle Pièces du puzzle.

Comment te retenir quand des morceaux de toi s’éparpillent un à un ?

 

     A treize ans je ne suis plus aujourd’hui la petite fille innocente que j’étais hier.

L’an dernier j’étais heureuse de t’offrir ton cadeau spécial fête des pères ; je n’ai rien pu prévoir pour demain.

'Forget me not' Papa ne m’oublie pas !

S’il te plait n’oublie pas le temps où nous jouions ensemble dans le jardin, toi dans le rôle du coach et moi dans celui de la future grande championne de tennis.

N’oublie pas maman épousée il y a vingt ans un beau jour d’automne où il avait (parait-il) beaucoup plu !

Tu as le temps de revenir vers nous par amour comme par défi ; je suis certaine que tous tes boulons ne s’en sont pas encore allés Engrenages.

 

            Je ne veux pas que la nuit t’engloutisse.

  

  

Ruban A.

(© 2017/droits réservés)

Publié dans De circonstance... | Pas de Commentaire »

 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland