Détournement hasardeux

Posté par BernartZé le 12 mars 2017

Vieux cliché d'autrefois

La dictature du souvenir

(subtils détours)

  

            Il suffit parfois de presque rien pour que remontent des images et des fantômes du passé.

 

     Rien ne se perd tout se recycle semble-t-il ; notamment grâce aux internautes obsédés par l’idée d’informer de leur existence l’humanité entière en semant des traces un peu partout tels des incontinents des réseaux sociaux.

Ils se racontent se « selfient » et s’auto-promeuvent à tout va pour se mettre en valeur ou (peut-être ?) apaiser quelques angoisses.

Être en vue pour (se) prouver qu’ils existent et qu’ils sont nés pour de bonnes raisons, à savoir jouer un rôle important ici-bas.

 

     Les personnalités publiques ont de tous temps montré la voie, qu’ils soient artistes politiques ou criminels ; certaines interférences entre ces catégories ne manquent par ailleurs pas de sel (!).

Pour les individus lambda le besoin de reconnaissance est souvent tel qu’ils ne peuvent se contenter -comme autrefois- de passer à la télé ou de faire la une des journaux.

Il leur est indispensable de se mirer dans les regards si possible admiratifs du plus grand nombre.

Se paître et se repaitre du sentiment de leur importance devient vite une addiction.

En guise de preuves ils s’abreuvent de chiffres qui sont supposés être les indices de leur notoriété grandissante.

Qu’il s’agisse de « like » (l’image du pouce levé Like correspond-il au verdict des arènes romaines ?) de « followers » (toujours en alerte) ou de « retweets » copiés/collés machinalement à l’infini, tout est bon pour prendre la mesure de sa part d’audience au cœur des médias.

Jusqu’à l’excès l’overdose et le suicide parfois.

 

     En gage d’estime d’affection voire d’amour ils se contentent de signes de messages ou de déclarations écrites (non sans fautes de grammaire et d’orthographe Dislike) généralement dépourvues d’argument.

Un temps rassurés, leur quête sans fin doit reprendre sans tarder.

L’inquiétude de perdre l’attention des suiveurs est omniprésente, dévorante, obsessionnelle.

La lumière peut s’éteindre à tout moment et d’autant facilement que la renommée est faite de vent.

Le filtre de la toile est un voile qui leur cache la vérité de ce qu’ils ne sont pas.

L’anonymat permet tous les mensonges, toutes les flagorneries toutes les supercheries.

Il est plus de oisifs que de surfeurs en mer.

  

            Et c’est ainsi que l’on découvre un jour par hasard sa bobine sur une vieille photo de classe dont on ne se souvenait même pas.

Troublant, un brin perturbant…d’autant plus que l’on se reconnaît à peine faute de ne pas avoir consacré toutes les années passées à se regarder dans le miroir.

A la loupe on scrute on observe on cherche à se souvenir.

Que font donc là ces têtes inconnues, celles qui ne disent strictement plus rien ?

Et lorsque l’on se rappelle seulement sept ou huit noms des camarades d’autrefois, l’alerte Alzheimer semble devoir être lancée !

La question immédiate « que sont-ils tous devenus ? » laisse rapidement place à celle qui interroge sur les raisons qui font que certains se sont finalement avérés plus mémorables que d’autres.

Est-ce une question de personnalité ou d’affinités d’alors ?

 

     Nathalie Jérôme Christine Marc Frédérique Bertrand Bruno Suzette (…j’ai un doute) je ne vous avais apparemment pas totalement oubliés.

 

            Ne pas se fier à l’apparente véracité d’une photo détournée…

 

  

Malouinière

(© 2017/droits réservés)

Publié dans "Souvenirs, souvenirs"...!, Coup de tête | Pas de Commentaire »

Le ridicule ne tue pas (?)

Posté par BernartZé le 2 janvier 2017

Froid polaire (inv.)

Jusqu’à l’âmos

  

            « Percé jusques au fond du cœur d’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle »

 

     Plus je tire sur mes manches, plus elles se rétractent d’effroi tandis que je m’étrangle avec mon écharpe de peur d’attraper froid.

Certes nous sommes en hiver et il serait malvenu de se plaindre ou de se lamenter sur son sort lorsque l’on dispose d’un toit au-dessus de la tête.

Nonobstant (!) je tropeste avec le peu d’énergie qui me reste : ça ne peut plus durer…je ne peux plus endurer ça !

Arrête de te plaindre, entends-je déjà, et rentre dans le rang !!

Oui…ben non !

Même si c’est vain, même si -à juste titre- tout le monde s’en moque éperdument, je veux apporter l’humble témoignage d’un être percé de part en part .Transpercé

Mon corps est figé dans la glace, mon cerveau est gelé, incapable de réfléchir correctement ; la preuve…j’en viens à écrire n’importe quoi.

Au secours ! On m’assassine !

 

    En ces heures difficiles il est indispensable d’appeler à la rescousse l’arrière-garde qui veillait dans l’ombre ; et de raviver des lumières à mes pieds Radiateur - Copie Chauffage infrarouge - Copie.

Des sources de chaleur qui viennent à point…affoler la prochaine facture d’électricité.

Inutile de tenter de rendre responsables les canards de ces premières morsures hivernales Morsures ; ils souffrent autant que les humains des caprices météorologiques.

Si j’ignore à quoi ils pensent depuis quelques jours, je sais que je suis de plus en plus incapable d’aligner deux idées cohérentes.

Comme si la connexion ne pouvait plus se faire entre mon esprit mon cerveau et mon (éventuelle) aptitude à raisonner.

Un vrai tambour qui sonne creux !

 

     Quand le froid perçant passe la barrière de la peau et des muscles pour atteindre le squelette que reste-t-il à faire pour ne pas se sentir mourir ?

Implorer les Dieux ? Se soucient-ils encore des Humains ?

Se coucher et tenter de dormir…dans un lit verglacé ?

Continuer à serrer vaillamment les poings et les dents jusqu’à ce qu’elles tombent une à une ?

Ou bien se laisser mordre et brûler par l’extrême froidure en attendant la fonte des glaces Ainsi le glaçon fond ! ?

 

            « A cœur vaillant rien d’impossible »…paraît-il.

 

 

Un cœur fondu  Sacré Jacques C. !

(© 2017/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

« Offrande »

Posté par BernartZé le 30 novembre 2016

Arbre de Noël ''partage''

Partager

(!)

  

            Une notion subjective.

 

     Impossible aujourd’hui d’échapper à ce grand mouvement de masse qui a gagné la planète entière, peut-être même d’autres planètes et d’autres galaxies.

C’est l’heure du « grand partage », du big truc et de l’activité intense qui consiste à sharer.

Alors sharons tous, sharez mes frères et sœurs d’ici et d’ailleurs.

D’ailleurs nul ne se fait prier pour participer à ce gigantesque travail de bâtisseur.

Sur la toile remettez toujours plus d’ouvrages, ces « œuvres » personnelles que nous attendions tous et sans lesquelles nos jours étaient sombres et nos vies si tristes.

 

     Sapin de Noël bis C’est Noël toute l’année ! Des cadeaux quotidiens par milliers.

Qu’il s’agisse d’une pensée profonde tweetée à la hâte, d’un selfie pris sur le vif mettant en scène spontanément un ou une fashion victim enfilant son pied gauche dans une chaussure droite (oh ! quelle distraction !), ou bien d’un -le plus grand des classiques- message ou selfie retweeté à l’infini (accrochez-vous à votre smart chose le record est de plus de deux millions de coups de pouce !), l’intention est évidemment louable.

Il est simplement question d’informer le reste de la troposphère de son existence (supposée) réelle.

L’important est de « mettre en ligne » quelque chose pour combler le vide.

Si la nature en a parait-il horreur, les humains semblent en avoir diablement peur au point de s’agiter en tous sens pour attirer l’attention et la lumière sur leur personne.

 

Moi moi mon moi, mon tout sera le vôtre !

Je survivrai à tous ceux qui veulent me faire disparaître et me rendre invisible aux yeux du monde…Je te survivrai, Jean-Pierre François (1989) !

Serait-ce une profession de foi ou peut-être une volonté farouche d’envahir la planète entière ?

 

     Évidemment quelques débordements n’ont pas manqué de se produire et…de se reproduire.

Vive les copier/coller les plagiats et les vols anonymes d’œuvres d’autrui !

Les maîtres dans cet exercice n’ont aucun scrupule à persister et à signer de leur nom le travail d’un autre ; pas vu pas pris, la toile est devenue si vaste.

Le besoin de prouver son existence fait parfois faire de graves erreurs ; combien de droits d’auteur spoliés par « inadvertance » ?

 

            Du matin jusqu’au soir, de la nuit jusqu’au petit matin il est des gens qui ne peuvent s’empêcher de partager tout et n’importe quoi pour se donner l’illusion d’exister toujours.

Ils mourront tous un jour (information capitale à copier cent fois, coller et transmettre !).

Que cette activité paraisse dérisoire ou essentielle, futile ou existentiellement révélatrice d’un simple manque de reconnaissance, sachez mes frères et sœurs d’ici et d’ailleurs que je me fiche pas mal de vos interventions non désirées.

 

     De cet avis sans importance il ne restera pas davantage…

 

 

Fraise à partager  (à partager)

(© 2016/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

Et blablabla…

Posté par BernartZé le 21 février 2016

LA truite

Truite

  

            Truite, truite et re-truite.

Mais…ça ne veut rien dire !

 

     Mauvaise pêche, mauvaise pioche.

Ah ! Ben oui ! Je me suis trompé de mot.

Quelle fâcheuse méprise !

 

            Cause toujours tu ne m’intéresses pas.

   

Retweet  (Cui-cui à toutes heures)

(© 2016/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

Nuage d’humeur dans le thé du matin

Posté par BernartZé le 19 janvier 2016

Tie-break

Anecdotique

  

            Vive les chaînes TV d’Chaîne info en continu !

 

     Toujours prêtes à nous informer « en temps réel » des derniers soubresauts de l’actualité, elles rivalisent d’à propos pour mettre en avant leur promptitude à nous abreuver des nouvelles les plus fraîches.

Les yeux rivés sur la bande (jaune ou rouge) alerte info il y a souvent de quoi prendre peur, s’angoisser s’alarmer ou (/ et) tomber de sa Chaise.

 

     La concurrence étant rude entre toutes ces chaînes, il leur arrive parfois de déraper en faisant de l’anticipation, quitte à se fourvoyer et se fendre plus tard d’un vague mea culpa en guise d’excuses au moment où est avérée la supercherie !

L’erreur est certes humaine ; elle est impardonnable lorsqu’il est question de vies et de morts ; certaines annonces tragiques prématurées demeurent malheureusement dans nos mémoires.

D’autres passent souvent inaperçues ; secondaires elles prennent un tour ludique voire inventif.

 

     Dans le genre n’importe quoi ou je ne sais pas de quoi je parle est apparu l’autre matin en bandeau d’information le résultat d’un match de tennis au score surréaliste : 7/4 8/6 7/5.

Un score inepte qui…ne peut être et n’a jamais été depuis l’invention au XIXème siècle de ce sport descendant du jeu de paume ; aucune archive télévisuelle à l’appui bien sûr…nos plus grands reporters n’étant pas encore nés.

 

     Après enquête sur le terrain de notre envoyé très spécial revenu d’un aller-retour express de moins de 44 heures, celui-ci a déclaré à sa descente d’ Avion 2 : « Et pourquoi pas 40/12 50/13 22/11 ?! ».

Aux dernières nouvelles, ayant laissé une note à son chef de rédaction, il dort encore à cette heure (là maintenant tout de suite en temps réel).

L’explication de LA bévue télévisuelle est simple : le script télé du bandeau erroné a tout simplement confondu les points comptés dans chacun des trois tie-breaks avec le score final Trois tie-break ; c’est bêta.

 

            In fine notre représentant français a bel et bien perdu son match et vu son tweet envoyé au reste du monde au sortir de sa défaite « Il ne faut pas chercher d’excuse, j’ai été nul, c’est tout. Je vais rentrer à la maison et passer à autre chose. », il doit se moquer royalement de cet impair.

 

     Merci à tous nos journalistes pour leur professionnalisme à deux vitesses…

 

Benoît Paire 

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

Satané sacrilège

Posté par BernartZé le 4 décembre 2015

Nœud magique Coca Cola

Foutaises !

            

            C’est un scandale madame c’est une honte monsieur.

 

     Une illusion de joie ; les boules de Noël.

 

            Têtes de nœuds !!

 

Père Noël en colère  (En colère)

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | 1 Commentaire »

La force du destin ?

Posté par BernartZé le 22 novembre 2015

Cocotte en papier

Am stram gram

           

            …Pic et pic et boum c’est toi qui dans le sang mourra.

 

     La roulette n’est désormais plus russe et les jeux de hasards innocents n’ont plus cours.

Il n’y a plus de bonne réponse.

 

     A la place, des interrogations sans fin des doutes et des menaces toujours plus étouffantes.

Des peurs et des angoisses, des inquiétudes légitimes ; l’atmosphère est lourde, le temps nous veut tragiques et tout est fait pour nous rendre davantage anxieux.

 

     Sous la coupe des médias qui nous informent minute par minute jusqu’à l’overdose, nous plions sous un poids qui nous écrase.

Les héros n’existant plus que dans l’Univers Marvel personne n’est à l’abri d’une soudaine défaillance au péril de sa vie et de celle de ses compagnons d’infortune ; courage et lâcheté se partageront le terrain désormais miné.

 

            Sous de multiples pressions, nos défenses s’amenuisent et semblent nous condamner à espérer encore ou mourir dès demain.

La vapeur fait siffler le couvercle de la cocotte qui risque de décoller soudain avant de retomber.

Nos ancêtres les Gaulois n’avaient qu’une peur : celle que le ciel ne finisse par leur tomber sur la tête ; espérons que ce ne sera pas pour la dernière fois…

 

  

Cocotte minute Seb (1954)                       

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

Immense ras le tout (et plus encore…)

Posté par BernartZé le 22 juillet 2015

Ras-le-bol

L’autre valse à 1000 temps

            

            Ras la coquille des casse-bonbons des casse-burnes des cacahuètes des castagnettes et des…bougies qui coulent impunément (rererereredite).

 

     Ras le pompon Pompon aussi des ordis des nateurs des mal embouchés des malotrus des lâcheurs des infidèles et des flemmards.

 

     Ras la casquette des serveurs qui desservent en se défaussant, des appli et des sites internet qui polluent la stratoblog en tentant de s’immiscer pour vendre n’importe quoi.

 

     Ras la houppette -in fine- des incartades et des excuses impardonnables.

 

            Ras le bol de perdre bêtement de l’énergie dans une colère vaine…

 

  

Jacques Brel  (Désolé Grand Jacques)

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

L’heure suisse…

Posté par BernartZé le 22 juin 2015

Visage endormi  Boisson chaude  TV  Balle de tennis

Rébus

 

           Ou la façon la plus simple (et la moins fatigante) de résumer sa journée sans dire ou écrire un seul mot !

 

     Dans le cadre de notre campagne « Mettons-nous à la page / Usons des nouveaux médias pour communiquer », voici un bel exemple qui…laisse toute latitude aux sourds-muets ne sachant pas écrire (en cherchant bien il est certainement possible d’en trouver) mais qui exclut cruellement les…aveugles ; impossible de contenter tout le monde en même temps !

 

     A l’origine le « tweet » en question était composé d’une plus longue liste d’émoticônes :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39

 

De quoi satisfaire les plus curieux et les plus enclins au décryptage.

 

     Cinq jours plus tôt un autre Suisse, un certain Stanislas W. Short Wawrinka, remportait avec fougue et brio un tournoi de Tennis sur terre battue.

Plutôt que de vanter ses mérites et de parler de son panache, les « tweets » des handicapés de la plume continuèrent à se focaliser sur un détail et à entretenir le « buzz » crée sur les réseaux sociaux dès le début du tournoi pour la simple raison que le short du joueur ressemblait d’après eux à un (bas de) pyjama ; quel sujet palpitant !

Ne faisant -sans doute- pas plus la différence entre un coup droit et un revers qu’entre un lob et un passing-shot comment auraient-ils pu autrement se faire valoir ?

Le comble fut peut-être leur manque de (re)tenue et de respect à l’égard d’un sportif descendant dans l’arène dans l’espoir de remporter la victoire.

 

     Et ce qui était parti d’une moquerie stupide (niveau maternelle) prit de l’ampleur au fil des semaines suivantes.

Bien aidé par le joueur lui-même qui sut faire preuve d’humour d’autodérision et de plus d’intelligence que ses critiques, son équipementier -d’abord dépassé par le succès de sa création- retrouva ses esprits son sens des affaires et adapta sa logistique à cet heureux coup du sort.

Dans une semaine le joueur devrait fouler le gazon londonien en arborant une version « black » Short Wawrinka (version black) ; à prévoir pour la suite de sa saison sportive une troisième déclinaison de couleurs Déclinaison de couleurs ! 

 

            Ou comment remercier les imbéciles sans la moindre rancune ni leur être redevable.

 

     Démentiel !…Prost !

 

 

Le pied léger et...la semelle fluo ! (R.F. - Wimbledon 2013)  Roger-Federer-Allee  

(© 2015/droits réservés)

                       

Publié dans Coup de tête | Pas de Commentaire »

Dans le vide

Posté par BernartZé le 20 mai 2015

Marre !!

Marre !

           

            Ras-le-bol d’être pris pour une tanche Tanche (2) !

 

     Impossible de supporter davantage l’absurdité et les contraintes du quotidien.

L’épreuve de la corde raide http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photography-symbol-business-man-walks-danger-risk-tightrope-image7183517 est plus tentante ; c’est dire…

Pourquoi faudrait-il continuer à subir les multiples agressions de la vie lorsque l’envie de vivre n’est plus ?

Foin de masochisme, haro sur le Baudet du Poitou et sur…l’huile de palme, accusée de contribuer à la déforestation et d’être nocive pour nos artères. (honteux copié / coller sur Wiki…) !

N’empêche que : si l’on peut survivre encore quelques années en se bouchant les artères et en ayant mauvaise conscience envers la planète avec ou sans Palmes, il est plus difficile d’endurer la bêtise des jours qui se suivent et sans relâche se ressemblent.

 

            Mon dieu sauvez-nous tous avant de mourir d’ennui !!

 

Nœud coulant 

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Coup de tête | 2 Commentaires »

123
 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland