Pour le plaisir

Posté par BernartZé le 16 février 2017

L'impossible Mr Bébé (Howard Hawks, 1938)

Vue imprenable

(sur une œuvre)

  

            Il est des livres que l’on voudrait faire lire à tous, des tableaux que l’on voudrait faire aimer, des monuments que l’on juge incontournables, des amis dignes d’être partagés.

 

     Il est aussi des films.

En plus de cent-vingt années le 7ème art a accouché d’un nombre incalculable d’œuvres : petites ou grandes, célèbres ou méconnues, pour tous les goûts dans tous les genres.

Laissons aux critiques professionnels (?) le soin de les cataloguer et de les juger en toute impartiale subjectivité !

Préférons nous laisser porter par notre enthousiasme dans l’espoir qu’il puisse être communicatif.

 

     Soyons pour une fois légers : pas d’autre souci que celui de rire.

S’il est paraît-il le propre de l’Homme, il n’est pas le même pour tous et il est courant de trouver navrant ce qui fait s’esclaffer le voisin…et vice-versa.

L’essence de l’humour est par définition volatile et les variables qui le composent diffèrent souvent pour chacun.

Raison de plus pour ne pas ériger son opinion en règle ou d’imposer son avis.

 

     Mais comme toute règle admet des exceptions, offrons-nous cette latitude.

Libres à vous de ne pas tenir compte de ce qui suit.

 

Il était une fois un film sorti en 1938 : « Bringing up baby » (« L’impossible Mr Bébé » in french) Bringing up baby ; il est utile de préciser que le « baby » en question n’est pas un petit d’homme, donc rien à voir avec Le livre de la jungle Mowgli.

De quoi est-il question d’ailleurs ?

D’un bébé léopard d’une jeune femme (fortunée) et d’un paléontologue (courant après la clavicule d’un brontosaure) sur le point de se marier ; ajoutez à ceux-là une série de quiproquos en cascade, secouez le tout énergiquement et servez-vous à volonté.

Si le cœur vous en dit vous pourrez ainsi déguster une comédie loufoque qui constitue l’un des sommets de la « screwball comedy », genre très prisé dans les années 30 et 40 (du XXème siècle !).

L’histoire, presque inénarrable, tient autant sa saveur des dialogues qui fusent au service de personnages impayables (le léopard itou) que d’une intrigue prétexte à une issue prévisible mais qui prend des virages à 180° sans laisser respirer le cinéphile incomplètement bilingue.

Ces numéros de haute voltige étant menés de main de maître par un metteur en scène averti, rien d’étonnant si le terme (souvent galvaudé) de chef-d’œuvre est sur toutes les lèvres des mordus de cinéma qui ont vu et revu en salle (et non sur un écran d’ordinateur ou sur celui d’une télévision XXL) un film qui les a marqués à jamais.

 

     Sans des acteurs (tous) de haut rang le souffle et le mets auraient été vite desservis tant importe l’unisson pour respecter un rythme d’une précision d’orfèvre.

Petit exemple de scène à voir et à revoir (surtout les jours de grande déprime) : Bringing...scène pour comprendre ce que fait ce haut-de-forme au bas des reins de l’enquiquineuse de service il est nécessaire de jeter un œil sur cette image Bringing...scène bis sur laquelle cliquer pour voir l’animation afin de mesurer son désarroi ; ils sortiront tête haute de la pièce…collés l’un à l’autre pour la bonne cause.

 

            Si vous voulez savoir le comment du pourquoi de cette scène gaguesque…il ne vous reste plus qu’à voir (et revoir) ce film dans son intégralité.

 

     Vive les salles « Art et Essai » !

  

 

Tout ça pour ça !  Tout ça pour ça !

(© 2017/droits réservés)

Publié dans Interlude | 6 Commentaires »

Interlude culinaire (saveurs estivales)

Posté par BernartZé le 9 août 2015

Tombée d'épinards frais

Tombée d’épinards…

(frais)

  

            …au Champ d'honneur (Jean-Pierre Denis, 1987) !

 

     Simplement et à toute vapeur préférez la cuisson Panier vapeur bambou à celle (trop) couramment utilisée Point de poêle.

Oubliez pour une fois vos habitudes qui consistent à les jeter cruellement dans une poêle huilée (avec parfois du beurre en plus !) dans laquelle sont souvent ajoutés ail sel et poivre.

A quoi bon un tel crime…de détournement de saveur originelle ?!

Certes tous les goûts sont dans la nature…mais si aimez vraiment les épinards, choisissez de jeunes pousses, faites chauffer de l’eau dans une casserole sur laquelle vous pourrez ensuite délicatement poser votre petit (prévoyez-en un grand ou à plusieurs étages en cas de fringale !) panier oriental.

Surveillez la réduction jusqu’à transpiration excessive de votre visage.

 

     Alors bien sûr cette cuisson peut vous paraître un peu trop longue et fastidieuse.

Outre les économies de chauffage que vous ferez en plein hiver, vous aurez toujours la possibilité d’entasser soigneusement vos pousses ou branches d’épinards dans un plat couvert (pour l’effet vapeur) allant directement au micro-ondes ; 1 minute chrono !

 

            Ultime suggestion : saupoudrez avant dégustation d’un peu de noix de muscade Muscade moulue selon votre plaisir ; bon appétit.

  

Jeunes pousses d’épinards

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Quand il aurait été (peut-être) préférable de se taire…

Posté par BernartZé le 6 août 2015

Liv Ullmann

Petite mise au point

juste pour rire

  

            Ne pas croire ceux qui pensent savoir…

 

     Contrairement à Ingmar Ingmar Bergman Ingemar Ingemar Stenmark Ingrid Ingrid Bergman à 12 ans Greta Greta Garbo (1915, 10 ans) Björn Björn Borg à 13 ans Stig Stig Dagerman (1)…et pleins d’autres moins connus, Liv Ullmann est une actrice norvégienne et non pas suédoise.

 

     Certes sa longue et prolifique collaboration avec un grand metteur en scène suédois (non ce n’est pas Victor Sjöström Victor Sjöström) a pu tromper…ceux qui ont péché par abus de certitudes.

Ce n’est pas une excuse.

 

            Mieux vaut douter et vérifier que de prétendre savoir quand on ne sait que faire illusion…

 

 

Persona, 1966 

 (© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

En forme de « n’importe quoi »

Posté par BernartZé le 31 juillet 2015

Calamar

Hic !

 

             Boire ou écrire il faut choisir pour garder libre son esprit…

 

     Heures assassines en bout de nuit où l’on croit voir revenir des calamars géants trempant dans leur encre Calamars entiers à l'encre.

Mirages, illusions d’optique Illusions d'optique, ou visions hypnotiques déformées échappées inopinément d’un cerveau désaxé ?

Excès de produits dits illicites ou d’alcool ? ; à force d’écarquiller les yeux et l’esprit on s’éteint on s’épuise.

 

            Dernière pirouette en forme de blagounette…

 

 

Bière Sapporoou bien Chivas Regal scotch whiskey ?

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Pour tous les âges

Posté par BernartZé le 16 juillet 2015

Icosaèdre régulier

Dans les vieux pots

  

            A soixante-dix-sept ans très passés je suis -bien sûr- abonné aux émissions de vieux ; accro comme un geek Lunettes geek !

 

     Avant l’heure du bouillon OLYMPUS DIGITAL CAMERA et du coucher Au lit place aux jeux disposant d’un minimum d’esprit Des lettres des chiffres... afin d’entretenir ses neurones et d’exercer ses cellules grises.

C’est ainsi que j’ai eu le plaisir d’apprendre un vieux mot nouveau (pour moi) : i c o S aè d re.

 

     Un neuf lettres plein d’enseignements mathématiques puisqu’il est question d’une figure géométrique faite de vingt triangles équilatéraux de même dimension (dans le cas d’un icosaèdre régulier).

Un mot certes difficile à caser en société lors d’une conversation de salon.

Mais pour le simple plaisir de se souvenir de ses lectures de jeunesse il n’est pas vain de se retourner vers Edmond Rostand et son Cyrano aussi plein de panache que d’imagination.

L’occasion de réviser l’un de ses sept moyens de monter dans la lune.

 

« Et je pouvais encor

Faire engouffrer du vent, pour prendre mon essor,

En raréfiant l’air dans un coffre de cèdre 

Par des miroirs ardents mis en icosaèdre ! »

 

Et de rêver un peu…

 

            N’en déplaise aux amateurs d’autres jeux télévisés où l’appât du gain est cultivé à outrance, je me suis couché tardivement (pure folie à mon âge !) ce soir-là plus riche et plus heureux ; un peu moins bête aussi.

 

 

Logo ''Des chiffres et des lettres'' 

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Un sujet passionnant (!)

Posté par BernartZé le 10 juin 2015

Giacomo Rossi Stuart (The Silent Enemy, 1957)  Kim Rossi Stuart

Mais oui mais c’est bien sûr !

 

            Au jeu des ressemblances il y avait fort à parier.

 

     En cherchant bien il n’était pas tellement difficile de trouver de quel père était le fils.

Variante : quel fils pour ce père ?

 

            Certes ce jeu a nettement moins d’intérêt que celui des « 7 erreurs »…

 

 

Le sacre de Napoléon (David)  On n’est pas à une près !

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Recreación (olé !)

Posté par BernartZé le 4 avril 2015

Tellement manquée (la photo !)

Détournement illicite

(en forme d’hommage)

 

            Refrain erroné :

 

              « Je me suis tellement manquée Moule à manquer, je me suis tellement fait mal Baffe

                 J’ignorais tous les gens, ça me paraissait normal

                 Je m’étais tellement trahie, j’avais rendu les armes Armes indo-persanes

                 Et j’ai tout démoli à cause d’une petite larme Larme »

(C’est honteux !)

 

            

 

     Nous aussi Véro, nous aussi !

  

 

Indestructible  Mea maxima culpa…

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Jouons ensemble

Posté par BernartZé le 26 mars 2015

          Charade

  

            Ou plus exactement un petit jeu essentiellement destiné aux piqués du 7ème Art, aux fondus des salles obscures !

Que les vidéo-maniaques passent leur chemin.

 

     Souvenez-vous de la scène clé (quasi finale) dans laquelle Cary Grant, afin de sauver la belle Audrey (Hepburn) des griffes du méchant, doit actionner l’ouverture de la bonne trappe pour le faire chuter mortellement dans le sous-sol du théâtre.

Il cherche, il tend l’oreille écoutant le bruit des pas du tueur Quelle sera la bonne trappe Ɂ ; la tension dramatique est à son comble, purement hitchcockienne dans…ce film de Stanley Donen.

On a beau deviner la fin heureuse et la délivrance proche…on a peur !

Bref on n’en mène pas large tandis que la caméra monte et descend au gré des hésitations de la main gauche de Cary qui a rarement été aussi grandement inquiet ; the big flip !!

 

     Et donc la question évidente : quel est le « numéro » (une lettre, un chiffre) de la trappe qui permit au héros de sauver in extremis l’héroïne de cette histoire éminemment timbrée (en plus de la scène de la douche La douche) ?

 

            Si votre mémoire vient à flancher, n’hésitez pas à revoir le film…pour la quarante-douzième fois.

   

 

Et la seule bonne réponse est : A4  (cliquez pour plus de confort visuel)

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

Recréations

Posté par BernartZé le 14 mars 2015

Chapeau Meryl !

Pourquoi Meryl Streep est une grande actrice

            

            Tout d’abord parce que c’est…une grande et formidable actrice !

 

     Ensuite parce que nulle autre qu’elle ne tournerait encore aujourd’hui après avoir osé arborer -en quarante ans de carrière- de tels looks et coupes de douilles !! 

Pour mémoire : Le mystère Silkwood (1983)  Falling in love (1984)  Un cri dans la nuit (1988)  La maison aux esprits (1993)_  Doute (2008)

 

            Eh oui…

 

"The Seduction of Joe Tynan" New York City Premiere Party 

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | 2 Commentaires »

Perspective de défaillance

Posté par BernartZé le 21 février 2015

Bernard Buffet - L'enfer de Dante - Tête renversée (1977)

Programme commun

  

            Quel lien unit Greta Garbo Greta pose Laura Morante Laura Morante et Fanny Ardant Fanny Ardant ?

 

     …Le cou !

 

            Sur son cou sans armure et sans haine poser la main…

  

Le condamné à mort - Jean Genêt (septembre 1942)

(© 2015/droits réservés)

Publié dans Interlude | Pas de Commentaire »

1234
 

60 millions de cons somment... |
riri1524 |
Le Plateau Télé de KeNnY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Soft Liberty News
| t0rt0ise
| Bienvenue au Thomaland